Retour à l’accueil du blogue

27 mai

L'image de marque d'un produit en ligne - Didacte célèbre ses 5 ans!

Du site web à l’application, nous avons commencé une refonte de l’image de Didacte dans les derniers mois. Après 5 ans, il est temps de se refaire une beauté!

Cependant, le design pour un produit en ligne comme Didacte va bien au-delà de l’apparence de l’image de marque. Outre le style et le look de l’application, chaque élément de l’interface doit être pratique pour garantir une expérience utilisateur agréable.

Qu’est-ce qui influence ces décisions? Quels défis découlent de ces changements?

Jules et Mathieu nous partagent leur avis et leur expérience par rapport à l’image de marque d’un produit en ligne!

Jules Coupal-Lafleur est designer web et responsable de la direction artistique chez Didacte. Depuis son arrivée dans l’équipe en 2020, il a déjà apporté plusieurs changements dans l’image de marque et travaille sur la refonte du produit.

Mathieu Dumont est président de Didacte, mais aussi très impliqué dans le marketing et la vision du produit. Il a beaucoup contribué à faire connaître l’application et à en rendre l’utilisation et la compréhension plus simple pour nos clients.



Comment est-ce que l’image de marque de Didacte a évoluée au cours des dernières années?

(Mathieu) Dès nos premiers jours, l’objectif était de développer une application reconnue pour sa simplicité d’utilisation plutôt que pour la quantité des fonctionnalités qu’elle offre.

Il était donc important que l’image de marque reflète cette volonté. Nous avons toujours misé sur une approche minimaliste, autant au niveau des interfaces que de notre identité visuelle d’entreprise.

Nous avons joué plus conservateurs dans la première année afin de bien valider l’intérêt dans le marché chez nos 2 audiences, qui sont très différentes. L’une a pour objectif de vendre ses formations, alors que l’autre veut investir dans le développement professionnel de son équipe.

Nous avons opté pour des visuels épurés et un message assez large pour demeurer à l’écoute et tout en étant réactifs aux commentaires et demandes des « early adopters ».

Avec les années, nous avons affiné notre positionnement et il est important que l’image de marque suive cette progression. Nous avons donc décidé de segmenter nos audiences en 2018 afin de mieux considérer les problèmes de chacune.

La tonalité est différente selon nos audiences, tout en respectant les mêmes lignes communes que l’on juge être fondamentales à Didacte : la transparence, la proximité, la confiance et la prise d’action.

En 5 ans, Didacte est passé de « la plateforme de ventes de formation pour formateurs et travailleurs autonomes » à « la solution de gestion des apprentissages pour PME».

Il est important pour nous que l’image de marque permette à nos clients, présents et futurs, de nous percevoir comme un partenaire stratégique à long terme plutôt qu’un simple fournisseur d’outil technologique.

Oui, on vend une app, mais avant tout, on vend une philosophie de gestion d’entreprise.

Quels sont les plus gros défis selon vous dans la refonte d’une application existante? 

(Mathieu) Répondre aux besoins de tous, alors que les besoins perçus sont très différents entre nos audiences.

Lorsque l’on développe une application, il est important de comprendre le cas d’usage le plus courant. Chaque entreprise à des besoins particuliers. Chaque entreprise se croit spéciale.

Considérant qu’il existe très rarement une solution SaaS qui répond à 100% des besoins d’une entreprise, le défi est donc d’identifier les problèmes communs et constants entre celles-ci. On peut ensuite développer un outil qui répond à l’ensemble de ces besoins, pour une fraction du prix. 

Il faut également comprendre que Didacte est régulièrement la première plateforme de formation de ses clients. Les besoins perçus par ceux-ci, versus les besoins réels, sont souvent différents. 

La plateforme doit donc aider les clients à comprendre quels sont leurs besoins réels et anticiper les fonctionnalités qui peuvent leur être utiles, même s'ils n’en sont pas toujours conscients au départ.

La refonte d’une application existante doit se baser sur les problèmes récurrents que l’on note suite à nos interactions avec nos clients. 

Il faut savoir respecter les limitations organiques de nos clients, comme l’aisance technologique, la connaissance pédagogique ou les ressources disponibles, pour réduire au maximum les frictions durant la création d’un projet de formation.

En contrepartie, il est également important pour nous de régulièrement réaffirmer l’audience que l’on vise à aider afin de considérer les comportements et problèmes représentatifs de notre public cible. 

Un des défis sous-estimés du développement d’une application est d’écouter tout le monde. Il est très facile de perdre le focus et la direction du développement si on n’accepte pas très tôt dans le processus que l’application ne puisse pas convenir à tous.

(Jules) En mon sens, d’un point de vue graphique, le défi d’une refonte concerne principalement les utilisateurs déjà existants du produit. Avec le temps, l’utilisateur crée ses points de repère et s’habitue à une certaine interaction avec l’interface. 

La refonte d’une application existante exige une approche consciencieuse, dans le but de faire évoluer le produit sans pour autant créer de la confusion ou une perte de repère.

C’est entre autres pourquoi nous avons une approche progressive lors des améliorations du système visuel. Plusieurs petits changements ponctuels sont plus enclins à être naturellement appropriés qu’un changement majeur brusque.

À quoi ressemble le processus créatif quand on veut créer une nouvelle page ou interface dans Didacte?

(Jules) Avant tout chose, la création d’une nouvelle interface découle d’un besoin ou de l’identification d’une problématique. 

Que ce soit une problématique provenant d’un client ou d’un besoin interne, nous nous assurons toujours d’avoir documenté et analysé la demande avant de prendre action. Ainsi, en début de projet nous avons une feuille de route qui établit les grandes lignes du projet.

Avant d’exécuter quoi que ce soit, je débute toujours avec une phase de recherche, qui a pour but de m’inspirer graphiquement, mais également d’avoir une réflexion stratégique du design. Par exemple, je répertorie différentes façons de faire et j’identifie certaines pistes de solutions qui répondent à nos besoins dans le contexte du projet. 

C’est par la suite que commence réellement l’exécution. Habituellement, je commence par faire des esquisses et élaborer plusieurs pistes de solutions pour ensuite éliminer des possibilités et, éventuellement, faire ressortir la meilleure solution. 

Après l’approbation, c’est à ce stade que j’entame une maquette plus fidèle à l’intégration du contenu réel. Suite à cette étape, les seuls changements potentiels sont normalement des ajustements graphiques mineurs, souvent effectués de concert avec l’équipe d’intégration.

Mon travail est étroitement lié au travail de notre stratège et de l’équipe de développement. C’est pourquoi tout au long du projet, mon processus est parsemé de rencontres sporadiques pour m’assurer d’être en accord avec les attentes des différents intervenants.

Est-ce difficile de concevoir une interface pour deux niveaux d’utilisateurs différents (formateurs et étudiants)?

(Jules) Il est certain que cet aspect complexifie la manière d’approcher la conception. Cela peut sembler simpliste, mais il s’agit vraiment de garder en tête la raison d’être des différents utilisateurs, en quelque sorte se poser la question : « quelle est leur raison d’utiliser cette interface en particulier? ». 

Parfois, cela met en lumière les éléments communs et les éléments propres à chaque utilisateur. Bien souvent, de ce raisonnement découlent les nécessités graphiques.

C’est également important de penser au parcours qui les mène jusqu’à l’interface en question. Concrètement, c’est identifier quels sont les points de contact de chaque type d’utilisateur. 

D’un point de vue général, étant donné l’aspect de gestion des formations, les défis pour l’interface des formateurs consistent notamment à l’organisation et la hiérarchisation des éléments visuels, ainsi que l’intuitivité des fonctionnalités. 

Pour l’utilisateur étudiant, l’objectif est davantage de faciliter la navigation à travers la plateforme, l’accessibilité à l’offre de formations, la clarté du plan de cours, etc.

Quels sont les objectifs d’expérience d’utilisation qu’on vise à atteindre ou améliorer avec les prochains changements prévus?

(Jules) Comme Mathieu l’a énoncé précédemment, nous préconisons la simplicité d’utilisation. Concrètement, en matière de design, cela se résume à nous assurer d’éliminer ou de réduire les irritants lors de l’interaction entre l’interface et l’utilisateur et, dans un deuxième temps, de rendre intuitive une fonctionnalité complexe.

En ce sens, nous travaillons présentement sur plusieurs projets visant à améliorer l’accompagnement des nouveaux utilisateurs. D’abord en améliorant le parcours des clients potentiels sur le site web, en les dirigeant vers l'information en accord avec leurs besoins. 

Ensuite, on veut faciliter l’intégration des nouveaux utilisateurs sur l’application avec une approche guidée et davantage séquentielle, dans le but d’optimiser leur appropriation de la plateforme.

Une application qui investit dans son expérience utilisateur ça paraît, et ultimement c’est l’élément qui distingue un produit numérique de ses compétiteurs.

Didacte

Didacte est votre partenaire stratégique pour créer et diffuser vos formations en ligne sur un système facile à utiliser, autant pour vous que pour vos étudiants.