centraliser-iconnotsurefacemuch-circlespencil
3 mai 2016

Les compétences: un topo

Au cours des derniers articles, nous avons utilisé le mot «compétence» plusieurs fois. Afin de s’assurer d’une compréhension commune, il importe toujours de bien comprendre ce à quoi ce terme réfère. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un concept nouveau, les compétences occupent une place centrale lorsqu’il est question de formation. De fait, comme formateur ou même comme organisation, il importe d’être sensible aux compétences de nos apprenants ou de nos employés pour en assurer le développement. Il convient donc de tenter de répondre à ces questions :

  • Qu’est-ce qu’une compétence?
  • Qu’est-ce qui est inclus dans une compétence?

Qu’est-ce qu’une compétence?

Il peut s’avérer difficile de définir clairement et adéquatement une compétence. Pour Le Boterf (2004)[1], le fait d’agir avec compétence signifie que l’individu sait combiner et mobiliser les ressources pertinentes (connaissances, savoir-faire, etc.) pour gérer un ensemble de situations afin de produire un résultat satisfaisant certains critères. Ces compétences peuvent être plus techniques et explicites (« hard skills ») ou plus informelles et diffuses (« soft skills »).

Qu’est-ce qui est inclus dans une compétence?

Une compétence inclut le savoir (connaissances), le savoir-faire et le savoir-être. C’est donc l’ensemble de ces trois dimensions qui permet d’arriver à une notion de compétence. Ces dimensions sont donc interdépendantes.

Comment différencier ces trois dimensions ?

Le savoir constitue ce qu’on l’apprend et donc l’ensemble de nos connaissances; le savoir-faire émerge de la pratique et le savoir-être est lié aux attitudes. Le savoir-être est un élément plus difficile à développer, de par sa nature personnelle.

En comprenant ces différences, il devient incontournable comme formateur de vous assurer de bien développer les compétences de vos apprenants sous ces diverses dimensions, par exemple, tout au long du parcours de formation proposé.

Pour faciliter la compréhension, voici un exemple simple :

Objectif global de l’apprenant : apprendre à vendre un produit précis.

Savoir : apprendre, de façon plus théorique, les spécificités du produit.

Savoir-faire : avec la pratique et, par exemple, des études de cas, l’apprenant comprendra comment les différentes combinaisons de spécificités répondent à différents types de clients.

Savoir-être : par des exercices plus pratiques et de réflexion sur l’action comme les interactions, la rétroaction ou des exercices de simulations, il est possible de favoriser la conscience de différents aspects et l’émergence des réflexes. Ainsi, dans l’exemple ci-haut, l’apprenant pourrait tenter de développer le charisme relationnel et la lecture fine des gens pour bien comprendre leur besoin et créer une relation de confiance.

Vous connaissez maintenant le concept des compétences qui vous aidera à bien définir votre stratégie de cours en ligne. Pour en savoir plus, restez à l’affût de notre prochain article où nous parlerons de la troisième étape lorsque vous créez votre formation en ligne : Déterminer les objectifs et la structure de formation.

Références

1. Guy Le Boterf, Construire les compétences individuelles et collectives, Éditions d’Organisation, 2004.

Claudia marcotte

Claudia Marcotte