centraliser-iconnotsurefacemuch-circlespencil
27 juin 2016

Retour sur l’écosystème de Nantes

Cet article fait suite à la mission commerciale de juin 2016 en Europe.

Visite du Startup Palace

Le Wall of fame, ou le mur des accomplissements mensuels des startups du Startup Palace.

Comme son nom l’indique, cet espace se veut le paradis des startups. C’est une intrigante histoire de 3 sociétés Nantaises (Escale, Birming Group et Yellodit) qui ont décidées de se transformer en l’espace de quelques mois en un grand incubateur à startup. Créé il y a moins d’un an, le projet occupe un magnifique espace de 10 000 pieds carrés au dernier étage d’une tour et héberge plus de 20 startups. Il est fascinant de voir une si rapide transformation. Le modèle s’inspire évidemment de Y Combinator, mais s’en distingue également par une approche à la fois d’incubation, mais aussi de location tout inclus spécifiquement pour les besoins des startups (bureaux, ménage, coaching et conseil).

Les gestionnaires de l’espace font aussi le pont entre les grandes entreprises et les startups. D’abord parce que ceux-ci offrent les services des startups aux grandes entreprises, mais ils incubent également de petites équipes de grandes entreprises qui souhaitent se sortir de leur cadre de travail normal pour se focaliser sur de petits projets novateurs, en mode startup.

On a récemment fortement critiqué ce modèle sur Tech Crunch, mais on nous a clairement expliqué que le rôle des gestionnaires du Startup Palace n’est pas uniquement de servir les grandes entreprises, il est d’abord de propulser la croissance des startups. On veille sérieusement à ce que les startups ne deviennent pas dénaturés par les demandes des grandes entreprises. L’objectif n’est pas uniquement se faire intégrer à une grande entreprise, on comprend bien le modèle américain, mais souhaite profiter des grands groupes français pour propulser la croissance des startups en présence.

Visite de iAdvize

Bureaux de iAdvize

Des dizaines de startups, c’est beau à voir au Startup Palace de Nantes, mais dans combien de cas est-ce que cela aboutit à des entreprises matures qui génèrent des emplois et des retombées pour la région? À Nantes, on a des exemples et on nous a fait visiter un des plus frappants, soit l’entreprise iAdvize, qui offre une solution qui permet de créer et consolider une communauté de clients experts au profit d’une marque.

L’entreprise fondée il y a 5 ans connaît une croissance mondiale avec des équipes satellites autour du monde tout en conservant le siège des ses activités à Nantes avec plus de 120 employés. L’an dernier elle faisait l’acquisition de Bringr et cette année elle vient de lever un financement de 14 millions d’euros pour propulser sa croissance.

Le concept de iAdvize est d’utiliser les clients experts d’une marque ou d’un produit pour remplacer ou ajouter aux canaux de vente réguliers. On permet par exemple à un utilisateur qui achète depuis plusieurs années chez skidiscount.com de répondre à des questions de clients plus novices, comme on sait qu’il connaît très bien les skis et que c’est un passionné. Celui-ci peut répondre à des questions en dehors des heures d’ouverture du commerce et peut apporter des conseils plus neutres aux autres clients du site.

C’est un court résumé du produit, qui fait également une panoplie de choses autour de l’optimisation des conversions, mais je crois que l’aspect “crowdsourcing” des conseils et du processus d’achat est assez novateur et c’est certainement la clé de leur forte croissance.

Bref, ça bouge à Nantes et je crois que Québec peut s’inspirer de ces modèles que nous avons visités durant notre mission.

Jean philippe doyle

Jean-Philippe Doyle